Marie Labat

 

Commissaire d’exposition de Rapprochement pour La Prairie des Possibles

L'association s'est organisée autour du premier Rapprochement. Marie Labat a initié l'exposition avec pour objectifs d'inviter d'autres artistes à la rejoindre et initier une rencontre entre différentes sensibilités sur son territoire, source d'inspiration pour son travail artistique. Elle connaît bien son milieu et s'intéresse aux pratiques artistiques qui pourraient interagir avec lui de façon pertinente et intelligente. Ses intentions sont d'organiser un rapprochement qui inscrive le sujet agricole et rural dans un discoure au monde. C'est naturellement que l'artiste poursuit ses créations tout en élaborant le commissariat d'exposition selon ses recherches personnelles et ses rencontres artistiques. Elle élabore le cheminement d'une pensée créative autour d'un parcours exposition où les paysages agricoles et ruraux deviennent objets artistiques et où les artistes cultivent leur création sur le champ des possibles. 

La Prairie des Possibles

« Aujourd’hui, avec « Rapprochement" et l’association La Prairie des Possibles, j'ai inscrit mon travail et celui d'autres artistes au cœur de l’activité agricole et rurale, principal sujet d'interaction entre l'Homme et la nature. J’invite les artistes à interagir avec le lieu, les formes et les histoires agricoles collectives ou propres à la ferme. En mai, j’accueillerai les artistes pour visiter le territoire et nous rencontrer. Sur deux jours, nous travaillerons sur les intentions des projets et leurs interactions avec le lieu pour concevoir ensemble un parcours harmonieux et intelligent. Le projet veut être pensé comme une véritable « culture de création » autour et par un échange artistique. Rapprochement a pour ambition d’écrire une nouvelle culture rurale, chaque année il est l’occasion de renouveler les possibles champs de créations par les rencontres entre différents artistes. Le projet est engagé, c'est retourner aux fondamentaux, résister et retrouver le chemin de la terre pour poser ses pieds au sol où s'envoler. C'est en ce sens que les sujets agricoles et ruraux retrouvent leur caractère inspirant. Ils sont capables, aujourd'hui, d'insuffler un nouveau souffle socialement, économiquement et créativement.»

Marie Labat

Virginie Baro

Chargée de mission développement de Rapprochement

Vision de Rapprochement

Je connaissais et suivais avec attention le travail de Marie Labat avant qu’elle n’imagine le projet Rapprochement. Dans le cadre d’un accompagnement professionnel, nous avons eu de riches échanges sur sa pratique plastique, évoquant tantôt des aspects esthétiques, tantôt des questions liées au concept de ses projets dans une optique de révéler au mieux sa pensée créatrice. 

J’ai assisté à la naissance de le première édition et me suis enthousiasmée pour sa proposition. Rapprochement est une prise de risques. L’événement rappelle que l’art contemporain ne se présente pas uniquement dans un lieu cathédrale comme seraient le musée ou la galerie. Rapprochement n’est pas une exposition hors sol, mais au contraire, il prend racine dans la terre de ce monde rural. Le contexte devient alors une contrainte plastique pour les artistes, et nous savons à quel point la contrainte force l’imagination et permet d’ouvrir des portes que nous n’aurions pas forcément ouvertes d’ordinaire. 

Le projet est en lien direct avec les questionnements artistiques de Marie Labat qui tente le rapprochement entre deux cultures : agricole et artistique ; mais également par une collaboration avec d’autres plasticiens. 

C’est tant les questionnements plastiques soulevés que les valeurs défendues qui m’ont convaincue de la pertinence et l’intérêt d’un tel projet. 

Je collabore activement avec Marie Labat depuis la deuxième édition. 

 

Présentation de Virginie Baro • Promotion d’artistes

Spécialiste des arts plastiques, j’ai exercé 7 ans en tant que chargée de développement artistique pour une structure culturelle. Ce poste m’a amené à piloter des actions telles que le montage d’expositions, de lectures portfolio, à mener des conférences ou encore à assurer la diffusion de plasticiens. Ces années passées en contact direct avec les créateurs me permettent aujourd’hui de déceler leur potentiel. Cette observation du territoire, des pratiques plastiques et du marché de l’art actuel me font dire qu’une transversalité de la création est nécessaire. 

Afin de mettre en pratique ces convictions, j’ai créé mon entreprise de promotion d’artistes. Outre le développement de carrières artistiques, je sélectionne et défends des créateurs aux pièces atypiques et de grande qualité. Cela passe par l’organisation de ventes privées et également par la diffusion de pièces auprès de galeries design, d’architectes ou décorateurs d’intérieur ; une manière complémentaire de faire connaître et de vendre le travail des créateurs.