Grégoire Lavigne

La nature, et en particulier la flore, est la base de ma recherche artistique. L’éphémère, la fragilité et la notion de temps sont souvent présents dans mes travaux. Les lieux géographiques, les saisons et les conditions climatiques sont également des repères et des points de départs dans mes réalisations. Je travaille souvent avec des végétaux vivants ou des champignons que je choisis

pour leur forme ou leurs capacités à la manipulation plastique. Cela donne des installations végétales qui sont exposées en tant qu’objets et sculptures.

J'effectue aussi un travail photographique ; les images documentent et figent mes installations souvent fragiles et éphémères. Dans certains cas mes oeuvres ne sont qu'images ; je travaille en amont en réalisant mes sculptures que je photographie par la suite en lumière naturelle ou en studio photo. Pour réaliser une oeuvre, je m’appuie souvent sur des phénomènes connus (tropisme, dissémination des graines, croissance des champignons...), mais j'utilise aussi le végétal comme prétexte (série des saynètes). Il m'arrive de collaborer avec des botanistes pour des interventions communes lors d'événements publics. Pour moi il est important d'intégrer de la poésie, de l'humour et du décalage à mes réalisations artistiques, comme lorsque j'imagine une dissémination aléatoire de graines par mini-dirigeable ou quand j'invente une pêche sur prairie pour attraper des grands herbivores.

2008, 2009 et 2010. Trois années que j'ai passées en Afrique de l'ouest, au Sénégal, m'ont profondément ancré dans cette recherche artistique liée à la nature.

Greffes, semis, hybridations, expériences douteuses. 

Au "Chant de la terre"

Nous sommes ici entre rêve et réalité. Jouant sur le doute et la véracité de ces minis expériences, le visiteur est amené à se questionner sur l’avenir. Savants fous de notre société contemporaine et maraîchers biologiques soucieux de la diversité et de la richesse qui nous entourent se retrouvent autour de cette installation intrusive.

Hommage aux outils agricoles de nos ancêtres.

Chez Régis Pujalet

Interrogation sur la société qui nous entoure, ces installations sont des propositions pouvant servir à puiser, cultiver sur des lopins isolés sans moyens lourds et onéreux. Au milieu d’un univers agricole ultra-mécanisé, ici est soulevée la réflexion de la survie de sociétés lointaines.